+33 1 85 76 20 29
contact@citodi.fr

Les chiffres du transport en 2018 : évolutions et perspectives

Les chiffres clés du transport 2018 démontrent l'intérêt de l'optimisation de tournées

Le Ministère de la transition écologique et solidaire publie son rapport annuel sur le secteur des transports qui montre que le transport routier de marchandises progresse et se transforme.

Le 28 Mars 2018, le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire a publié son étude annuelle dédiée au secteur des transports, avec le soutien du Service de la Données et des Etudes Statistique (SDES). Cette étude dresse un tableau global du marché du transport en France à partir des données consolidées les plus récentes, qui s’arrêtent pour l’instant à l’année 2016. Cette étude très complète livre plusieurs enseignements utiles aux professionnels du secteur et elle met en lumière les défis, notamment écologiques, auxquels ils devront faire face dans les années qui viennent. Décryptage.

Un marché en progression dans un pays atypique

Les dépenses de transport en France représentent un marché énorme (386 milliards d’euros par an, soit 17.3% du PIB), au sein duquel le transport routier est de loin le plus important car ¾ des dépenses lui sont consacrées. Cela découle notamment de la très forte densité du réseau routier français, car l’ensemble du réseau représente environ 16 000 kilomètre par million d’habitant, ce qui est plus du double de l’Allemagne, pourtant deuxième de ce classement. En revanche, le réseau structurant (autoroutes et routes nationales) est environ deux fois moins long et dense que le réseau structurant Allemand. Un tel retard au niveau des grandes voies de circulation routières pourrait laisser penser que le transport de marchandises se serait développé au niveau ferroviaire notamment, mais il n’en est rien : depuis 2006, le transport de marchandises par voie ferroviaire a baissé de 20%, alors qu’il n’a baissé que de 12% pour le réseau routier (la plus forte baisse étant survenue en 2008-2009 pendant la crise économique). Entre 2015 et 2016, le transport de marchandise routier est d’ailleurs le seul à être en hausse. Hors oléoducs, 88% des marchandises transportées aujourd’hui le sont via le réseau routier.

Si les quantités transportées par la route ont globalement diminué en 10 ans, c’est surtout vrai pour les véhicules dont le poids total autorisé en charge dépasse 3.5 tonnes. En effet, le transport par véhicule utilitaire léger est le seul moyen de transport de marchandise par la route dont les volumes augmentent (+10% en 10 ans). Cela traduit une évolution lente mais certaine du marché, avec le développement notamment des livraisons du dernier kilomètre.

La crise économique responsable de la baisse sur 10 ans

Il peut paraître étonnant qu’à une époque d’échanges toujours plus intenses, le transport de marchandise ait baissé en 10 ans. Il faut cependant observer qu’une grande partie de cette baisse est due au très fort ralentissement de l’activité économique en 2009 qui a occasionné une baisse de 16% en 1 an du transport de marchandise. L’année 2010 a en partie compensé par une forte hausse pour rester à des niveaux relativement stables depuis. C’est donc les effets de la crise de 2008-2009 qui ne se sont pas complètement résorbés. De plus, en parallèle, les activités de poste et de courrier sont en baisse continue et régulière depuis 10 ans, là aussi du fait d’une mutation des usages.

La quasi-totalité des émissions de gaz à effet de serre due au transport routier

Pour terminer, le rapport analyse le lien entre le transport et la consommation énergétique. En effet, à lui seul, le transport représente un tiers de la consommation énergétique française. Jusqu’à 2008, elle a augmenté mais elle est en baisse depuis, mais à un rythme plus lent que les autres industries. Le transport routier consomme à lui seul 94.1% de l’énergie consommé par les transports.

L’optimisation des tournées : un atout économique et une responsabilité écologique

Cette vue partielle des chiffres permet de prendre la mesure d’un marché qui se développe fortement, au sein duquel le transport de marchandises (ainsi que de voyageurs !) joue un rôle important, notamment au niveau du dernier kilomètre avec une flotte de véhicules plus léger, plus réactive également. L’impact écologique de cette évolution ne pourra être maîtrisé que si chaque kilomètre parcouru est le plus rentabilisé possible. Dans ce contexte, les technologiques d’optimisation de tournées, notamment en temps réel, telles que Citodi prennent tout leur sens car elles répondent à un double enjeu de prise en compte d’une demande sans cesse plus exigeante en termes de rapidité et de compétitivité.

Pour en savoir plus sur les technologies d’optimisation de tournées Citodi, cliquez ici

Pour avoir accès à l’étude complète du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/publications/p/2764/873/chiffres-cles-transport-edition-2018.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *